fbpx

Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Qui ou quoi a crée tout ça ? … Depuis la nuit des temps l’être humain a cherché d’où il venait, pourquoi il était là, comment Terre et les étoiles et toutes les créatures étaient « nées »… 

La Cueva de las Manos (« Grotte des Mains ») Patagonie Getty Images/AWL Images RM

Les religions : continuïté de la Vie

Pendant des siècles et des siècles les religions ont été la seule manière pour les êtres humains d’avoir un modèle de « création du monde« .
A partir de ce « modèle » elle se voulait, aussi, un guide pour vivre sa vie sur terre.

Ce qui caractérise TOUTES les religions (et/ou ce qui s’y apparente – comme le boudhisme par exemple qui n’est pas une religion) est une idée de CONTINUITE de la Vie : il y a quelque chose AVANT la naissance et quelque chose APRES la mort.

La science du 21ième siécle : Tout est Energie

Le mot physique (du grec physis = nature), comme l’indique son étymologie grecque, désigne, au départ, la science de la nature, à l’origine elle avait pour objet l’étude et l’explication des phénomènes que présentent tous les corps répandus dans l’univers.

Au début, cette dénomination « physique » suffisait, ainsi toutes les branches  telles que l’astronomie , la mécanique, etc. , ne formaient qu’une science. Mais peu à peu, à mesure que les faits débordaient les cadres , on fut obligé de séparer ces diverses branches, et de faire une science de chacune d’elles. » L’histoire de la physique

Historiquement, la science s’est séparée de la religion pour mieux comprendre le monde et l’Univers. 

Pour la science du 20ième siécle il n’y a RIEN avant la naissance et RIEN après la mort. 

L’énergie

Depuis la préhistoire la religion fait partie de la recherche de compréhension de l’être humain, le concept d’énergie quant à lui est récent , il ne date que d’un siècle et demi. Il a été introduit en 1847 par Hermann von Helmholtz, médecin prussien (1821-1892) qui se consacra très tôt à la physique. 

De découvertes en compréhensions scientifiques, l’énergie se présente sous des formes multiples, entre lesquelles elle peut se transformer sans gain ni perte.  La longue élaboration du concept d’énergie – Roger Balian – Histoire des sciences 

Aujourd’hui, notre vie courante est dominée par l’énergie sous toutes formes et même un enfant connaît le concept d’énergie.  Ainsi aujourd’hui nous savons comme un fait scientifique :


TOUT EST ENERGIE,
TOUT VIT,
TOUT COMMUNIQUE.


L’Univers est Abondant pas déficient.

TOUTE ENERGIE EST INTERCONNECTEE.
L’univers est un tout, composé d’énergies qui intéragissent, partagent et créent.

L’ENERGIE EST REFLEXION.
Pour changer le monde, il nous revient de nous changer.

L’ENERGIE CIRCULE VERS L’EQUILIBRE.


« L’être humain est une partie du tout que nous appelons Univers »

Albert Einstein

« La théorie des cordes est la plus récente des théories concernant l’Univers.  Tout dans l’Univers, de la particule la plus infime à l’étoile la plus éloignée, est fait d’un même ingrédient : des brins d’énergie vibrant incroyablement petits appelés des cordes. Elles vibrent selon une multitude de modes différents constituant ainsi tous les éléments de la nature.  En d’autres termes l’Univers est comme une formidable symphonie cosmique résonnant de toutes les notes que peuvent produire les vibrations de ces petits brins d’énergie…. Extrait de « L’Univers Elegant, ce qu’Einstein ne savait pas encore »

 

La physique moderne : continuïté de la Vie

Ainsi avec la physique moderne, le concept d’énergie et de transformation de l’énergie sans perte, ni gain, il n’y a plus de conflit entre Science et Spiritualité. 

La physique moderne rejoint LE message essentiel de TOUTES les religions : la continuïté de la Vie.


AVEC LE CONCEPT D’ENERGIE LA SCIENCE MODERNE REJOINT UNE COMPREHENSION SPIRITUELLE DE LA VIE.

C’est alors juste une question de vocabulaire POUR DIRE LA MËME CHOSE. Un peu comme nos langues : nous pouvons dire la même chose en anglais, en français, en russe, seuls les mots changent d’une langue à l’autre.


Sur la base de la science du 21ième siécle le terme « conscience » est du domaine de la PHYSIQUE alors la « mort » est un CHANGEMENT de la forme physique mais PAS la fin de la conscience-énergie qui PERDURE ce que dans les religions on appelle l’Ame.

Liens externes  :

Le vide n’est pas vide

Rien n’est solide tel est le monde de la physique quantique

« Un montant infini d’Energie dans l’Univers » 


Interview de Nassim Harameim physicien intervenu au Congrès « Science et Applications informationnelles et Quantiques » d’Agde en mai 2011, par Miriam Gablier, journaliste


MG : Qu’avez vous découvert ?

NH : Tout d’abord, j’ai réalisé que les compréhensions qu’on a en physique n’ont pas de base pour expliquer la réalité. Si vous demandez d’où vient le monde, un curé va vous répondre : « C’est dieu qui l’a fait », et un physicien : « Ca vient du Big bang ».
On a, à peu près le même niveau d’information. Ca ne dit rien.
Et si on pose des questions fondamentales comme d’où vient la masse ? D’où vient l’énergie ? On n’a pas de réponse.
Mais si on comprend d’où vient l’électricité, peut être qu’on peut créer de l’électricité sans avoir à détruire notre environnement !
Si on comprend d’où vient la masse, peut être qu’on peut créer des champs gravitationnels, parce que la masse créée la gravité. Et si on contrôle les champs gravitationnels, on peut voyager dans notre univers de façon un peu plus sophistiquée. 
 
On est dans une approche très masculine de la physique. Pour les voyages spatiaux, on construit des cylindres phalliques, avec une petite cabine en haut et beaucoup d’agents explosifs.
Alors ça explose très fort pour aller pas très loin ! (rire)
 
Et puis une autre chose d’étrange, c’est ce besoin de trouver « la » particule fondamentale. Ils ont investi 13 billions de dollars dans l’accélérateur à Genève pour ça.
On veut un univers fini. On veut trouver l’élément le plus petit et l’élément le plus grand, sans qu’il n’y ait plus rien après. Mais, on peut voir très simplement en géométrie qu’on peut continuer à diviser un espace à l’infini.
 
 
L'Univers n'est pas vide Biophysique de la Santé

MG : C’est intéressant cette notion d’infini omniprésent.

NH : Oui, ma théorie est basée sur le concept qu’on ne peut pas éliminer l’infini. 
Si on regarde un point, disons, un atome, on peut trouver un point subatomique, puis un point sub-sub atomique et un point sub-sub-sub atomique…
Tous les concepts spirituels sont basés sur la notion d’infini.
Il vaut mieux alors comprendre la structure de la division plutôt que d’essayer de trouver une division finale.
Et si l’univers peut être divisé à l’infini ça veut dire que chaque point est un trou noir et que chaque point a une infinité d’information.
Et si il y a une infinité d’information, il y a une infinité de masse.
Et donc la masse qu’on rencontre c’est une masse partielle parce qu’il y a toujours une infinité de masse à l’intérieur. 
L’univers est infini.
Notre univers est dans un plus gros univers, qui est dans un plus gros univers et il faut lâcher le concept qu’on va trouver une fin à quelque chose, ou un début. 
Il faut comprendre la structure, la relation entre la limite de l’univers, avec la limite d’un quazar, avec la limite d’une galaxie, d’un système solaire, d’une planète, d’une cellule, d’un atome, qui sont tous en relation ensemble. Et on retrouve à chaque niveau les deux polarités entre l’infini et le contenant. Et je montre que les deux sont compatibles, la limite et l’infini, que l’un demande l’autre et vice versa.

MG : Il y aurait donc un montant infini d’énergie dans l’univers ?
 
NH : Si ce que je dis est vrai, ça veut dire que toute l’information, tous les points dans l’univers et dans le multivers sont présents dans chaque point. Ca implique que chaque atome est une porte vers l’infini et qu’il est en contact avec tous les atomes de l’univers.
Oui, ça veut dire qu’il y a un montant infini d’énergie.
Et que c’est vraiment ridicule de dire : « Il n’y a pas assez d’énergie, il faut qu’on se batte pour l’avoir. » 
J’ai fais des expérimentations qui soutiennent l’idée que l’hyperespace contient de l’énergie, qu’on peut obtenir cette énergie et qu’on peut contrôler les champs gravitationnel. 
 
On pourrait passer d’une civilisation qui pense qu’il y a un manque d’énergie à une civilisation qui réalise qu’il y a de l’énergie partout et de sérieux montant d’énergie ! L’univers est abondant, pas déficient. 
Et une fois qu’on a le contrôle sur la gravité, on peut explorer l’univers. 

MG : Vous avez reçu un prix…

NH : Le dernier papier scientifique que j’ai publié prouve mathématiquement que le proton, le nucléide d’un atome, est un trou noir. Ce papier a gagné une médaille, « best paper award », à CASYS en Belgique (Computing Anticipatory Systems) dans la section de physique.
Ca a fait beaucoup de bruit et je me suis aussi pris des tomates.
Mais là, il y a un physicien russe qui vient de publier un papier, juste quelques mois après moi qui montre que l’électron est un trou noir aussi.
Il a aussi gagné un prix pour son papier.
On commence à développer une compréhension de l’atome comme un système de petites infinités qui orbitent les unes avec les autres et qui créent notre monde.